Sur la piste de Sadok B.

Marie Guérin, documentariste et artiste sonore, et Anne Kropotkine, documentariste sonore et chercheuse en histoire, mènent une enquête sonore sur les traces de Sadok B., tunisien, à partir de sa voix enregistrée en 1916, dans un camp de prisonniers en Allemagne, pendant la Première Guerre mondiale. Cette création franco-arabe circulera sur les ondes radio internationales et sera présentée sous forme de performance sur scène et dans l’espace public à partir de l’automne 2020.   

Radio Monastir, avril 2019

Un récit sonore et musical franco-arabe
Un road trip radiophonique

Une aventure entre l’Europe et l’Afrique,
où il est question de rapatrier et de rendre des archives au pays, où il est question d’un des premiers enregistrements de musique populaire tunisienne, où se croisent des stars tunisiennes, des collecteurs et un ancêtre, Sadok, revenu au bled grâce à sa voix – cette voix enregistrée dans un camp de prisonniers de guerre en Allemagne, il y a cent ans.

Sur scène, un orchestre de haut-parleurs, deux speakerines, une interprète, de la musique live, une Dj, un tourne-disque et des invités.

On entendra la voix de Sadok, une traversée de la Méditerranée un soir de match de coupe du monde, un titre d’Alphaville qui tourne dans un bar aux confins de l’ex-RDA, une chorale improvisée au coeur de le médina, un poète qui éleva sa voix sous le régime Bourguiba, le plus grand collecteur de musique populaire tunisienne, de la viole d’amour, les chants d’une confrérie féminine, de la transe, etc.

L’itinéraire de Sadok B. nous mène vers des territoires peu explorés, longtemps oubliés, celui de la présence importante de soldats africains dans la Première Guerre mondiale et des prisonniers de guerre et celui de la conservation du patrimoine et de la mémoire africaine à travers les archives africaines et occidentales.

Marie Guérin et Anne Kropotkine ont imaginé cette création. Elles invitent à la radio et sur scène des musiciens tunisiens comme le violoniste et compositeur Jasser Haj Youssef.

Cette création est introduite par le récit sonore Recorded songs don’t ever die, en tournée en Allemagne et en France depuis l’automne 2018 et diffusé, dans sa version radiophonique – „Auf der Spur von Sadok B. – Zossen-Wünsdorf“ – sur la Deutschlandfunk Kultur le 1er novembre 2019.

Anne déroule le fil de l’enquête sonore dans un article en plusieurs épisodes, publié dans la revue Entre-Temps, à partir de septembre 2019 (cf. article Le Monde, 12 octobre 2019).

Création 2020-2021

Les 2 formes de la création (franco-arabe-anglaise) :

1. à compter de l’automne 2020, la forme BROADCAST, qui circulera sur les ondes mondiales. multi-difffusée sur la RTBF, la RTS, France Culture, Deutschlandfunk Kultur, Radio Monastir et autres radios africaines.Avec la possibilité de déployer cette forme en plateau radio live mobile et itinérant : cette performance radio peut s’installer au cœur de la cité, sur la place publique, sur les marchés et les forums, dans les halls et dans les gares, dans les interstices.
2. en tournée à partir de 2021, la forme RADIO-CONCERT scénique, entre théâtre documentaire et théâtre musical (pour plateaux de théâtre, festivals, musées, etc.).
Cette création sera également disponible en édition vinyle & en digital.

Porteurs du projet :
Micro-sillons – collectif de création sonore (Rennes), producteur
Production et diffusion radiophonique
Césaré – Centre national de création musicale (Reims), co-producteur
RTBF, RTS, Radio France, Deutschlandfunk Kultur, Radio Monastir, autres partenariats en cours au Maghreb
Avec le soutien et la coopération de :
l’Ambassade de France en Allemagne
la Mission du Centenaire
l’Institut français en Allemagne
l’Institut français à Paris / Ville de Rennes – Rennes Métropole
l’Institut du monde arabe – IMA (Paris)
le programme radio francophone Gulliver (Belgique, Suisse)
l’Université Humboldt (Berlin)
l’Akademie der Künste – ADK (Berlin)
l’Haus der Kultur der Welt – HKW (Berlin)
la Grande Boutique – centre de création des musiques populaires en Bretagne intérieure (Langonnet)
la Maison du Théâtre (Brest)
Dar Eyquem (Hammamet)